Comment manger sainement au travail ou à la pause déjeuner ? Méfiez-vous du marketing healthy !

bien manger au travail

PUBLIÉ LE

ÉCRIT PAR

TEMPS DE LECTURE

13

min

CATÉGORIE

Plusieurs d’entre vous m’ont alertée sur certaines enseignes de restauration dite saine qui se vantent de proposer des produits bons pour la santé. Dans les faits, ce n’est pas du tout le cas. J’ai souhaité attirer ton attention sur la qualité réelle de ces produits dans mon podcast sur les rouages du marketing healthy, mais surtout comment faire pour déjeuner sainement sur son lieu de travail. Revenons sur cet épisode avec mes points de vigilance et mes astuces. 

Le marketing healthy : comment démêler le vrai du faux ?

Des produits emballés avec de jolies formules marketing

Le marketing healthy a plus d’un tour dans son sac. En effet, grâce de belles formules, il nous vend des produits dits sains et bons pour la santé. En réalité, c’est exactement l’opposé. Il est donc essentiel à mes yeux que tu parviennes à décrypter ces allégations pour savoir comment manger sainement au travail. Même si on ne nous dit pas toujours la vérité, loin de là, certaines enseignes font quand même les choses très bien. Elles font leur maximum pour proposer des produits de qualité, locaux, bio, 100% naturels et faits sur place.

Depuis quelques années, la plupart des enseignes surfent sur la vague du healthy, à coup de : « fait sur place pour plus de saveur », « œufs pondus en France » et bien d’autres. Mais en vérité, cela ne veut rien dire. Il suffit de regarder les étiquettes pour se rendre compte des dégâts. Certes, ils sont très forts en marketing : les produits semblent très sains, frais, et ils ont des noms attirants. Seulement lorsque nous nous penchons sur la liste des ingrédients sur l’étiquette, on peut vite se rendre compte que la réalité est tout autre. Nous verrons un peu plus loin la question des additifs alimentaires.

Que penser de la qualité réelle des produits proposés ?

Certaines enseignes mettent en avant une préparation sur place. Or, cela ne garantit en rien la qualité des produits. Pourquoi? Ils peuvent bien tout préparer sur place, mais si les produits utilisés sont ultratransformés, avec des additifs, des conservateurs et des pesticides, le gage de qualité ne tient pas !

La question des œufs

Nous pouvons également voir la mention « œufs pondus en France ». Dans les faits, les poulets ont autant d’antibiotiques dans l’hexagone qu’à l’étranger. Ils sont sélectionnés génétiquement : en 50 jours ils deviennent 4 fois plus gros qu’un poulet normal que nous pouvons trouver chez l’agriculture et l’éleveur bio. Ils ne voient pas la lumière du jour… à part le jour de l’abattage.

Les poulets

La plupart du temps, ces enseignes utilisent des poulets qui viennent de l’extérieur de l’union européenne. Très souvent même, ils arrivent du Brésil. Ils coûtent moins cher (évidemment) et ils ont été nourris au soja et au maïs génétiquement modifié. Leur espérance de vie moyenne est de 35 à 40 jours maximum. Le plus paradoxale là-dedans est que les compagnies qui produisent ces poulets clament haut et fort qu’elles veulent doubler leur chiffre d’affaires d’une année sur l’autre; seulement sache que leurs employés sont payés 350 € par mois…

Qu’est-ce que cela veut dire pour ton lunch? Tu te retrouve avec ce type de viande (venue de l’autre bout du monde) dans ton sandwich mais la mention « fait sur place » bien mise en avant. En ce qui me concerne, quand je prépare mes repas chez moi, je n’utilise pas des produits industriels hautement transformés ! Tout simplement, parce que les entreprises n’hésitent pas à utiliser des galettes de blé industrielles, du poulet de très mauvaise qualité, sans parler des fruits et légumes dont l’origine est inconnue, et la quantité de pesticides effrayante ! Et que dire des sauces qu’ils ajoutent, contenant encore plus de pesticides et de conservateurs.

Si tu veux en savoir plus sur la production de poulet industriel, je t’invite à consulter ce reportage et celui-ci.

 

Comment manger sainement au travail ? Les indices pour déjouer le marketing healthy

Retiens bien que même si des plats sont préparés sur place, cela ne garantit en rien leur qualité. Tu peux très bien trouver des salades de qualité dans certaines enseignes, avec de bons produits cuisinés sur place. Beaucoup d’enseignes le proposent, et heureusement ! Alors, comment manger sainement au travail et déjouer les pièges du marketing healthy ?

Pour faire la part des choses entre les enseignes qui mettent tout en œuvre pour proposer des produits sains et les autres, un indice qui ne trompe pas est le prix. Il est impossible d’obtenir des aliments locaux, faits maison et/ou de qualité biologique au même prix que les produits industriels. Cela paraît logique. Certaines personnes peuvent penser que c’est cher mais dans la réalité, les produits industriels nous tuent à petit feu et ils ne fonts pas partie d’une alimentation santé.

J’attire vraiment ton attention sur le fait qu’il est urgent d’arrêter de donner ton argent à des gens qui ne pensent qu’à faire du profit sans prendre en compte ta santé une seule seconde ! D’autant qu’à mon sens, ces pratiques sont encore plus vicieuses. Pour savoir comment manger sainement au travail, ouvre les yeux et dans le doute, réfère-toi toujours aux étiquettes et à la liste des ingrédients. Si celle-ci est à rallonge avec des noms douteux, repose tout de suite le produit, quitte à ressortir les mains vides du magasin.

Le point sur les additifs alimentaires

Parmi les produits dont j’ai étudié la composition, j’ai trouvé des additifs alimentaires que nous pouvons qualifier de douteux. Je te propose de faire le point sur quatre d’entre eux.

Le diphosphate

Le diphosphate, ou E450, est un agent de texture. Nous le retrouvons dans de nombreux produits comme les sauces, les bouillons, les céréales, les poissons, les viandes, les préparations de légumes, les fromages, le lait, le beurre, les crèmes glacées, les boissons sans alcool, les biscuits apéritifs, etc. Même les aliments destinés aux nourrissons n’y échappent pas, comme les biscuits ! Concrètement, cela permet d’obtenir une préparation homogène dans une crème glacée ou un produit laitier. Les industriels utilisent également le diphosphate pour fabriquer des arômes, des nutriments ajoutés et des enzymes.

Le diphosphate favorise les fuites de calcium. Les personnes souffrant d’ostéoporose ne doivent surtout pas en abuser, ainsi que les enfants hyperactifs ayant des troubles du comportement. Par ailleurs, il est problématique pour les reins. En effet, les insuffisants rénaux chroniques doivent particulièrement y faire attention. De plus, il pourrait favoriser l’activité des composés cancérigènes.

Le monostéarate de sorbitane

Le monostéarate de sorbitane (E491) est un émulsifiant : il permet aux produits de boulangerie de prendre du volume. La matière première utilisée pour cet additif peut être animale mais elle est souvent végétale. Dans ce cas, elle vient de l’huile de soja transgénique, c’est-à-dire d’OGM. Il s’agit d’un additif qualifié de non dangereux dans les doses limites, mais ces limites sont souvent dépassées. En effet, nous en trouvons partout et surtout dans les produits industriels destinés aux enfants.

Si nous dépassons 300 g de sucreries ou de desserts industriels, les doses limites de cet additif sont atteintes. Il n’est pas très bien étudié en termes d’effets sur la santé. Cependant, nous savons qu’il favorise les lésions d’organe, les calculs rénaux et les diarrhées. Des études sur des souris montrent qu’il pourrait entraîner une augmentation de la porosité intestinale, à l’origine de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, de maladies auto-immunes et du cancer du côlon.

Cet additif se trouve dans les produits de boulangerie comme je le précisais plus haut, ainsi que dans les produits laitiers fermentés aromatisés, les confiseries, les crèmes glacées, les sauces, les chewing-gums, les produits de régime, certains compléments alimentaires, etc.

Le disulfite de potassium

Le disulfite de potassium (E224) est un dérivé potassique du dioxyde de soufre. Il est très mauvais notamment pour les personnes asthmatiques. En effet, celles-ci peuvent développer des spasmes au niveau des bronches. Par ailleurs, il peut également être la source de réactions allergiques, de maux de tête. Ce dérivé du dioxyde de soufre peut favoriser les pathologies inflammatoires intestinales et donc altérer la muqueuse de l’intestin grêle.

On va aussi avoir du sucre, qui a été complètement fractionné, le dextrose, qui a un index glycémique élevé, que le corps ne reconnaît pas comme un aliment vrai, c’est un aliment craché. Je t’invite à écouter l’épisode que j’ai enregistré avec Anthony Fardet à propos des aliments ultratransformés.

insérer lecteur podcast A. Fardet

L’EDTA

J’ai également trouvé de l’EDTA dans l’une des recettes que j’ai étudiées. L’EDTA (Ethylène-diamine-tétra-acétate calcio-disodique) ou E385, est un additif que nous trouvons dans certains légumes en conserves, les tartinables, les sauces émulsifiées, les crustacés surgelés, certaines charcuteries, les mayonnaises, les vinaigrettes de fast-food, etc.

Si tu regardes les compositions des produits cosmétiques, tu as déjà dû voir son nom dans la liste de certains produits, il est très courant. Cet additif E385 – EDTA calcio-disodique, Ethylène-diamine-tétra-acètate calcio-disodique,  « est fabriqué à partir de matières premières connues pour être toxiques ou cancérigènes : le cyanure, le formol (dit formaldéhyde), et le méthanol ».

L’EDTA est un antioxydant, un conservateur. Il soutient l’action des antioxydants. Il permet d’éviter que les couleurs et les arômes des aliments ne s’altèrent… De plus, il peut se lier avec les minéraux et les métaux de manière très importante, formant ainsi des complexes métalliques très stables. Ils ont ainsi des effets néfastes sur notre métabolisme.

Son innocuité cancérologique n’est pas du tout établie. De plus, nous savons qu’il peut endommager les reins. Il est également toxique pour le système reproducteur de l’homme et de la femme mais aussi pour le fœtus. Il est toxique pour les cellules et génotoxique : il peut altérer directement l’ADN et être dangereux pour les jeunes enfants. À des doses élevées, l’EDTA peut provoquer des vomissements et des diarrhées, des spasmes abdominaux, des crampes musculaires, du sang dans les urines…

L’amidon de maïs modifié

Pour terminer et avant de voir concrètement comment manger sainement au travail, nous pouvons aussi évoquer l’amidon modifié issu du maïs (parfois aussi des pommes de terre ou du blé). Il peut être partiellement ou totalement transgénique. Cela signifie que nous pouvons donc avoir des traces d’OGM dans ce genre d’additifs…

Alors que faire ? La première chose est de bien lire les étiquettes avant d’acheter quoi que ce soit et de fuir les listes à rallonge avec des termes incompréhensibles. Privilégie les aliments bruts, les fruits et légumes frais, locaux, de saison et de qualité biologique. Ensuite, n’hésite pas à exprimer ton avis, que ce soit directement en magasin ou en écrivant sur internet aux différentes enseignes et marques. Plus nous serons nombreux à exprimer notre désaccord, plus les industriels et les marketeurs arrêteront de fabriquer et vendre ce genre de produits. Montrons-leur que nous ne sommes pas dupes, que nous savons décrypter les étiquettes et que notre santé prime sur leur business !

Comment manger sainement au travail ? | Mes 6 astuces

1. Prends un bon petit-déjeuner

Le matin, si tu ne pratiques pas le jeûne intermittent, je te conseille de manger protéiné. Pour en savoir plus, je t’invite à te référer à mon article en lien avec un épisode de mon podcast sur le petit déjeuner : Le petit-déjeuner idéal : ce qu’il faut savoir pour retrouver ton énergie !

+ajouter lien vers lecteur épisode petit déjeuner

Tu apprendras tout ce qui se joue le matin notamment au niveau hormonal et comment prendre un bon petit-déjeuner pour limiter les envies de sucre le reste de la journée.

2. Cuisine toi-même, avec des produits frais, locaux et de saison

Cela paraîtra une évidence, mais il est essentiel de cuisiner soi-même. Utilise des produits frais, locaux, de saison et de qualité biologique. Choisis des produits le plus brut possible. Tu trouveras des recettes partout sur internet et de nombreux livres.

Je propose également mes recettes pour cuisiner des plats sains et gourmands Hygie // Recettes – Plus de 100 Recettes ajoutées à vie ! Tu verras à quel point il est agréable de se préparer des plats savoureux et bons pour la santé. Tu prendras plaisir à découvrir de plus en plus les meilleurs aliments. N’hésite pas à sensibiliser tes proches également !

3. Mise sur le batchcooking

Tu vas me dire qu’il n’est pas toujours facile de cuisiner, que cela prend du temps. J’ai une solution : le batchcooking. Cela consiste à préparer plusieurs repas à l’avance. Ainsi, tu manges sainement quotidiennement. Je t’invite à organiser des grosses sessions de cuisine le dimanche et le mercredi par exemple. Tu peux faire tremper puis cuire en avance toutes tes céréales. Tu peux aussi acheter un bon pain complet et le congeler en le tranchant. Je te conseille également de préparer tes légumes en avance. La veille au soir, avant de partir au travail, il te suffira de préparer ton plat du jour avec ta source de glucides, ta protéine qu’elle soit animale ou végétale, tes légumes avec un assaisonnement. Ce sera bien meilleur et moins cher !

4. Pose des questions au restaurant

Si tu n’as pas d’autres possibilités que le restaurant, n’hésite pas à poser des questions. Demande quelles sont les sauces qui accompagnent les plats, d’où viennent les produits, etc. Je t’invite à choisir des enseignes qui offrent des produits naturels. Vérifie les étiquettes des produits à emporter, prends le temps de faire le tour de la ville et de réaliser une sélection.

À chaque fois que j’arrive dans une ville, je regarde les enseignes biologiques ou végétariennes. Souvent, ce genre d’enseignes ont une conscience sur l’offre alimentaire qu’elles proposent. De plus, très souvent nous n’avons pas de déceptions par rapport à certaines franchises qui se disent healthy et sont tout sauf healthy.

5. Regarde bien les étiquettes

Je crois que tu l’auras bien compris mais je voulais vraiment intégrer ce point dans ma liste d’astuces pour t’apprendre comment manger sainement au travail. Quoi que tu achètes, consulte l’étiquette. Si la liste est très longue, avec des noms douteux, repose le produit tout de suite. Après, s’il y a un aliment en particulier que tu adores parce que tu as eu l’habitude d’en manger étant enfant par exemple, tu peux en acheter de temps en temps. Comme tout, c’est la dose qui fait le poison ! Il faut éviter l’effet cocktail néfaste pour la santé mais une fois de temps en temps, c’est possible.

6. Consulte mes différents contenus pour aller plus loin

Si tu souhaites aller plus loin, je te conseille :

Tu as maintenant toutes les informations pour déjouer les pièges du marketing healthy ! Les enseignes, proposant soit disant des produits sains, ne t’induiront plus en erreur ! Tu as vu comment démêler le vrai du faux et le point sur les additifs alimentaires te permet de voir lesquels éviter absolument. Tu peux maintenant passer à l’action avec mes 6 astuces pour savoir comment manger sainement au travail, tout en te faisant plaisir de temps en temps.

Dans tous les cas, prends bien soin de toi et n’hésites pas à aller plus loin en apprenant toujours plus sur la nutrition. Tu as là un véritable moyen d’action sur ta santé !

 

Lisa et la team HYGI

logo hygie

Inscris-toi à la newsletter mensuelle de l’Académie