Comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement ?

endometriose

PUBLIÉ LE

ÉCRIT PAR

TEMPS DE LECTURE

14

min

CATÉGORIE

J’ai voulu en savoir plus sur cette maladie qui peut devenir très handicapante au quotidien pour les femmes qui sont touchées. J’ai invité mon amie Peggy Favez dans deux épisodes de mon podcast (tu trouveras les liens un peu plus bas dans cet article). La bonne nouvelle est qu’on peut soulager les symptômes de manière naturelle. Je te propose de retrouver dans cet article les points clés de notre échange.

magazine femina

Qu’est-ce que l’endométriose ?

À la découverte de l’endomètre

Avant de voir comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement, je te propose de commencer par un peu d’anatomie. L’endomètre représente la couche interne de la paroi de l’utérus. Endon signifie « en dedans ».

C’est une muqueuse qui a deux fonctions possibles :

  • soit elle nourrit le fœtus en cours de développement;
  • soit elle se desquame chaque mois s’il n’y a pas de fécondation avant de se reformer : ce sont les règles.

L’endomètre est composé de deux couches différentes :

  • la couche basale : elle est appliquée sur le myomètre ;
  • la couche fonctionnelle : elle est superficielle. C’est elle qui se desquame au cours du cycle menstruel.

Sache que l’endomètre contient de nombreuses glandes dont les sécrétions nourrissent les spermatozoïdes et le zygote (l’ovule fécondé).

L’endométriose

L’endométriose est une maladie fréquente qui touche les femmes en âge de procréer, 1 femme sur 10 selon les statistiques Endométriose | Inserm – La science pour la santé. Elle provoque des douleurs durant les règles. Pendant chaque cycle menstruel, l’endomètre se décolle de la paroi utérine. En cas d’endométriose, la muqueuse utérine se développe à l’extérieur de l’utérus, sur les ovaires le plus souvent, mais aussi sur le rectum, la vessie, le péritoine, les trompes, les intestins.

De la même manière que la muqueuse utérine, ces foyers cellulaires évoluent selon les fluctuations hormonales. Ils saignent lors des règles, irritant les tissus voisins. Cela provoque une inflammation douloureuse étant donné que le sang ne peut pas être évacué naturellement.

L’endométriose survient en cas de déséquilibre hormonal (hyperœstrogénie) associé à une angiogenèse inhabituelle. L’angiogenèse correspond à la formation de nouveaux vaisseaux sanguins qui bourgeonnent à partir de vaisseaux préexistants. Pendant le cycle menstruel survient une angiogenèse physiologique après une stimulation hormonale (progestérone et œstrogènes). Cela se passe au niveau de la muqueuse utérine qui s’hypertrophie en vue d’une potentielle nidation de l’ovule fécondé. Les douleurs peuvent être très handicapantes mais il est possible de les atténuer. Et nous verrons un peu plus bas comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement.

Les symptômes de l’endométriose

L’endométriose provoque des règles très douloureuses mais aussi des douleurs pelviennes chroniques en dehors de la période des règles ainsi que des douleurs lors des rapports sexuels. D’autres signes peuvent apparaître en fonction des femmes comme la difficulté à uriner, des douleurs abdominales et/ou ombilicales, des troubles du transit, des douleurs au moment de la défécation, des douleurs lombaires, pelviennes. On parle également de fatigue chronique.

Les différents symptômes peuvent s’aggraver au fil du temps. Ainsi, l’endométriose est une maladie très invalidante. Elle affecte la qualité de vie et peut conduire à des difficultés de conception (on parle d’hypofertilité), voire à l’infertilité. Cela peut faire peur, notamment si tu es maman et que tu fais des recherches pour ta fille. Je te partagerai mes conseils pour savoir comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement.

insérer lecteur podcast 1

Le témoignage de Peggy, @endOuceur

Dans l’échange que j’ai eu avec Peggy dans les deux épisodes de mon podcast, elle compare les douleurs qu’elle a ressenties à une gastro-entérite ou une intoxication alimentaire. Elle évoque également des kystes récurrents aux ovaires ressentis comme des points de côté quand on court, avec des douleurs très lancinantes, comme des coups de couteau, pendant les règles et en dehors. Ensuite, elle met en avant les difficultés de diagnostic de l’endométriose. En effet, les troubles digestifs peuvent mettre le doute.

Peggy attire l’attention sur le fait que plus vite l’endométriose est diagnostiquée, mieux c’est, spécialement par rapport à la fertilité. Ainsi, on se préserve de conséquences. De plus, si l’endométriose est installée depuis longtemps, il y a d’autres risques comme la perte d’un rein, etc. C’est important d’être suivie.

Je t’invite à découvrir le témoignage de mon amie Peggy sur son parcours avec l’endométriose, comment elle a été diagnostiquée, comment elle a géré ses douleurs, les différentes interventions qu’elle a subies, les émotions qu’elle a ressenties, ses conseils et comment elle est arrivée à trouver des solutions naturellement.

insérer lecteur podcast 1

L’endométriose, une maladie encore mal connue

La cause et l’origine de l’endométriose sont encore mal connues. Cependant, une puberté précoce, des règles abondantes et/ou des cycles courts, des facteurs immunitaires, environnementaux et psychologiques ainsi qu’une prédisposition génétique peuvent être identifiés.

Si tu remarques des symptômes douloureux anormaux, je te conseille vivement de consulter. Plus l’endométriose est diagnostiquée tôt, plus cela évite une aggravation et une évolution vers l’infertilité. Le diagnostic est difficile à poser et intervient souvent avec beaucoup de retard (7 ans en moyenne pour diagnostiquer la maladie selon l’INSERM). D’ailleurs, le ministère de la Santé a lancé (en mars 2021) les travaux de la stratégie nationale contre l’endométriose.

Comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement ?

L’alimentation : adopter un régime anti-inflammatoire

Si tu es atteinte d’endométriose, il est essentiel de suivre un régime anti-inflammatoire vu qu’il y a une inflammation douloureuse. Tu peux suivre les conseils suivants.

Les aliments à privilégier en cas d’endométriose

  • consomme des aliments frais, de saison, locaux et de qualité biologique autant que possible. Mange un maximum de légumes. La qualité biologique est essentielle en cas d’endométriose car le foie est particulièrement impliqué dans cette maladie. En effet, il est le chef d’orchestre du fonctionnement hormonal, il convient d’en prendre particulièrement soin en évitant les toxines ;
  • intègre des oméga-3 dont les propriétés anti-inflammatoires te seront très bénéfiques. Concrètement, tu peux manger des petits poissons gras (comme les maquereaux ou les sardines), des huiles végétales de lin, de cameline, de chanvre ou de noix (toujours de première pression à froid et biologiques. Veille à bien les conserver au réfrigérateur et à les consommer rapidement, car elles s’oxydent vite), les graines de lin fraîchement moulues, les graines de chia trempées, les graines de chanvre. Si tu manges des œufs, choisis plutôt ceux du label Bleu Blanc Cœur pour leur richesse en oméga-3 ;
  • mange des viandes et des poissons de qualité sauvage ou biologiques et en petite quantité. Augmente la part de protéines au petit-déjeuner et au déjeuner, qu’elles soient animales ou végétales ;
  • ajoute des épices (notamment le curcuma) et des herbes aromatiques dans tes plats ;
  • bois des tisanes reminéralisantes comme la prêle ou l’ortie. Tu peux également boire des jus de légumes lactofermentés ;
  • par ailleurs, préfère les cuissons à la vapeur douce ou à l’étouffée.

Les aliments à éviter en cas d’endométriose

  • évite les aliments dont l’index glycémique est élevé ainsi que les aliments pro-inflammatoires comme les graisses hydrogénées, le sucre blanc, les produits raffinés et ultratransformés ainsi que les aliments dont l’étiquette indique plus de 5 composants ;
  • évite le café et l’alcool et réserve-les à des occasions exceptionnelles ;
  • limite les produits laitiers qui sont inflammatoires et ont des facteurs de croissance particulièrement néfastes pour les tumeurs, kystes, etc. Cela doit rester un produit exceptionnel que tu consommes de temps en temps. Tu pourras trouver des sources de calcium dans d’autres aliments comme les légumes verts à feuilles, les graines de sésame, les amandes, les algues, les figues, etc. ;
  • il est conseillé d’éviter le soja qui contient des phytoestrogènes (ils sont produits par les plantes) car ils imitent nos propres œstrogènes. L’endométriose se nourrit d’œstrogènes pour se propager (c’est une maladie œstrogéno-dépendante). De nombreux avis contradictoires existent notamment au sujet du soja. Le mieux est de tester l’effet qu’il induit sur ton organisme, comme tout aliment. Enlève le complètement de ton alimentation pendant 3 semaines puis réintroduis-le et regarde ce qui se produit.

Bien gérer son stress et ses émotions

Le stress est le mal du siècle et touche malheureusement énormément de personnes. Je te renvoie à mon article consacré au stress C’est quoi le stress ? Dans cet article je te donne toutes les explications. Ici il est important de comprendre que le système nerveux central régit la douleur et les signaux des émetteurs-récepteurs de la douleur. Ainsi, il est fondamental d’abaisser le niveau de stress au maximum pour pouvoir intervenir sur les douleurs. Je t’invite à pratiquer la cohérence cardiaque, la méditation et toute pratique douce comme le yoga. Tu peux également découvrir la séance d’essai gratuite de la respiration Soma que je propose. C’est une technique merveilleuse pour réduire le stress. Le programme se déroule sur 28 jours. Il pourra t’aider sur de nombreux plans de ta vie.

Se mettre en mouvement

Quand tu ressens des douleurs, tu vas me dire que tu n’as pas envie de faire de sport. Tu as plutôt envie de te rouler en boule sous ta couette. Je te comprends. Seulement, le manque de mouvement peut contribuer à la douleur. Un véritable cercle vicieux se met en place.

À force de douleurs et de contractions, les muscles se contractent et se rétrécissent. Le sang et l’énergie circulent moins bien. Pratiquer une activité physique douce peut t’aider. Elle va permettre à l’énergie, à la lymphe et au sang de mieux circuler. L’oxygène pourra mieux agir sur tes cellules et tes tissus se détendront.

Tu peux miser sur la marche, la danse, le yoga, le qi gong, le yin yoga. Vas-y progressivement, avec beaucoup de douceur. Cela te permettra de te reconnecter à ton corps et ressentir les gestes qui déclenchent tes douleurs. Tu peux consulter un ostéopathe ou un kinésithérapeute également.

Soigner son sommeil

Autre point important pour apprendre comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement : le sommeil. Nous avons tous besoin d’un sommeil de qualité pour être en bonne santé, avoir de l’énergie, une bonne immunité, nous sentir bien. Seulement, quand les douleurs sont là, il est parfois difficile de bien dormir et les nuits peuvent être agitées. N’hésite pas à t’accorder une sieste au cours de la journée si tu ressens le besoin de récupérer. Mets en place un rituel de coucher le soir. Mange léger, bois une tisane calmante, évite les écrans avant d’aller au lit. Je te conseille de te créer un petit rituel et une atmosphère agréables, cocooning, qui te procurent du bien-être. Tu peux également miser sur les huiles essentielles, les hydrolats ou les fleurs de Bach pour t’aider à te détendre.

Apprendre à connaître son cycle

Comme nous le disons avec Peggy dans notre échange, il est important pour une femme de se reconnecter à son cycle, et d’autant plus si elle suit une démarche de développement personnel. C’est indispensable dans le cas d’une endométriose (et de toute autre maladie d’ailleurs, cela va t’aider à te connaître et découvrir la symbolique de tes maux). Lorsque nous sommes sous pilule, nous sommes coupées de notre cycle. De plus, elle fatigue beaucoup le foie. Seulement, elle peut avoir son utilité dans le but d’avoir un bébé. Cela peut te laisser le temps de mettre en place de nouvelles habitudes dans ton hygiène de vie, ce qui t’aidera lorsque tu arrêteras la pilule.

Connaître son cycle pour mieux se connaître

Connaître ton cycle te permettra de savoir ce qui se passe dans ton corps, notamment au niveau hormonal, de tes ovaires et de ton utérus. Tu pourras ainsi mieux comprendre comment il réagit au fil de ton cycle, pour accéder à plus de bien-être. D’autant que les émotions sont très présentes à certaines phases du cycle. On observe une influence sur notre humeur, notre niveau d’énergie, notre productivité, notre créativité, etc.

Parler des règles aux enfants

D’ailleurs, il est fondamental de parler des règles aux petites filles. Ce n’est pas un sujet tabou, il n’y a rien de sale. C’est complètement naturel. Plus on en parlera facilement et naturellement avec une petite fille, mieux elle le vivra plus tard. Il est également important d’en parler aux garçons. N’hésite pas à dire à tes enfants quand tu as tes règles et que tu as besoin de te reposer. Il s’agit d’une phase d’introversion où nous avons besoin de nous retrouver avec nous-mêmes, de nous détendre. Respecter cela est important car ensuite tu seras plus dynamique après tes règles. Si tu veux en savoir plus, tu peux lire le livre de Miranda Gray, Lune rouge. Les forces du cycle féminin.

Rencontrer sa féminité

Parler de féminité implique de parler de Médecine Traditionnelle Chinoise et ses deux concepts du yin et du yang. Le yin, c’est le féminin, l’intériorité, la Lune, le froid, la sensibilité, la vulnérabilité. Le yang, c’est le masculin, l’extériorité, l’action, le chaud, le Soleil. Hommes et femmes ont tous une part de yin et une part de yang. En tant que femmes, nous avons plus de yin. Et nous vivons dans une société où règnent les notions de productivité, de performance, du toujours plus. Le principe est de trouver un équilibre sans préférer ou rejeter un aspect plutôt que l’autre.

Rencontrer son féminin c’est accepter sa sensibilité, sa douceur, sa vulnérabilité, son intuition, plutôt que de la cacher, l’enfouir. Atteindre l’équilibre c’est concilier nos deux parts de yin et de yang pour ancrer son féminin tout en laissant exprimer ses parts de masculin.

Le problème est que souvent, une grande partie des femmes sont dans le perfectionnisme. Elles planifient tout, veulent tout contrôler, font les choses non pas pour elles mêmes mais pour être aimées et acceptées par la société. Comme le dit Peggy dans le podcast, l’endométriose envoie le message de retrouver l’équilibre entre cette énergie masculine et féminine, se libérer de ces excès de yang en ajoutant plus de yin. Pour terminer sur ce sujet, je citerai Peggy selon laquelle « le message de cette maladie est « vis, vis le moment, amuse-toi, retrouve de la joie ».

insérer lecteur épisode 1

Se responsabiliser

Pour terminer cet article et pour apprendre comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement, j’attire ton attention sur l’importance d’écouter ton corps, de l’observer, de faire preuve de curiosité, d’apprendre. Nous vivons à une époque où l’accès à l’information est facile, que ce soit via les articles, les vidéos, les podcasts, les formations, les livres, etc. L’important est de trouver des sources fiables, évidemment, mais entreprendre cette démarche d’apprentissage est fondamental. Ne pas avoir peur d’essayer, d’essuyer des échecs, pour connaître la joie des réussites. Avec comme objectif de fond retrouver le pouvoir sur sa vie, reprendre sa santé en main.

Lorsque tu auras appris à mieux te connaître, tu sauras mieux identifier et exprimer tes besoins. Et cela notamment pour te faire entendre et respecter par l’ensemble du corps médical. Car il s’agit avant tout de TON corps, tu peux décider, être responsable de tes choix. Un médecin, un thérapeute quel qu’il soit doit avant tout être un partenaire qui t’aide à accéder à plus de bien-être, à la santé, et non t’imposer sa vision des choses, sa décision. Tu pourras aussi faire le choix d’un traitement classique ou y renoncer, choisir une intervention chirurgicale ou non. Et dans tous les cas mesurer la balance bénéfices/risques quelles que soient tes décisions. Quoi qu’il en soit, je pense qu’il est très important de travailler main dans la main entre naturopathie et allopathie, sans rejeter l’un ou l’autre. Les deux ensemble et en bonne intelligence peuvent accomplir des miracles.

Conclusion 

À travers cet article et mes deux épisodes de podcast (Questions/Réponses et Vivre l’endométriose en douceur, j’avais à cœur de te partager un message d’espoir. Je suis très émue de voir qu’il y a autant de femmes touchées par l’endométriose. Si cette maladie est encore mal connue et si le diagnostic est aujourd’hui si difficile et long à poser, il existe des solutions. J’espère que cet article t’aura donné des clés pour savoir comment réduire les douleurs de l’endométriose naturellement. Je trouve le parcours de Peggy formidable et très inspirant. D’ailleurs, je t’invite à découvrir son livre Endométriose, un chemin vers l’équilibre, ainsi que sa formation. Elle partage tout ce qu’elle a vécu pendant 10 ans. J’espère que cela pourra t’aider.

Dans tous les cas, prends bien soin de toi et n’oublie pas que tu as le pouvoir sur ta vie et ta santé, selon les décisions que tu prends.

 

Lisa et la Team HYGIE

logo hygie

Inscris-toi à la newsletter mensuelle de l’Académie